Burkina-semaine-1

Mission au Burkina Faso : La neuvième semaine.

8 juillet 2017

Je suis vraiment en retard pour vous raconter ce qui se passe dans mon coin du monde. Mais voilà, avec cet article, on se remet à jour.
Si vous voulez en savoir plus sur l’association avec laquelle je suis partie, c’est par ici : Afrika Tiss.


La neuvième semaine :

Lundi 26 juin :

Nazaire part ce soir en direction de la France. Il s’envole pour le festival Lafi Bala à Chambéry afin de vendre les produits de l’association issus du tissage. Nos écharpes s’envolent donc vers la France. Bon voyage ! C’est un peu la course, il faut faire les derniers préparatifs, les valises, les prix… 30 minutes avant son départ pour l’aéroport Nazaire revient avec deux bières et des copains. No stress.

Écharpes. #scarf #écharpe #shibori #afrique #africa #afrikatiss #dyeing #dye #teinture #byhand #faitmain #craft #artisanat #work @designforpeace

A post shared by Jaillou (@jaillouu) on

Écharpes. #scarf #écharpe #shibori #afrique #africa #afrikatiss #dyeing #dye #teinture #byhand #faitmain #craft #artisanat #work @designforpeace

A post shared by Jaillou (@jaillouu) on

Écharpes. #scarf #écharpe #shibori #afrique #africa #afrikatiss #dyeing #dye #teinture #byhand #faitmain #craft #artisanat #work @designforpeace

A post shared by Jaillou (@jaillouu) on

3 écharpes permis les 50 que j’ai réalisé avec Nazaire pour le festival Lafi Bala.

 

Mardi 27 juin :

Je reprends les mises au point couleur développées à l’origine sans la balance. Une vraie galère. De plus, le nouveau pigment noir est sec alors que celui que j’utilisais avant était bien humide. Le nouveau est donc bien plus fort que l’ancien. J’ai enchaîné les mauvaises surprises… Ce genre de journée est plutôt décourageante car on a l’impression de faire un pas en arrière… On a conscience de « gaspiller » du fil (on est obligé de teindre un paquet de fil à chaque fois soit 12 échevettes), de l’eau (au moins 10L), et des pigments (jusqu’à 45 grammes…). Les fils colorés pour les tests vont resservir car on leur a trouvé une nouvelle vie (je ne peux pas en dire plus pour le moment, surprise) et vont permettre d’alimenter le catalogue couleur sur lequel je travaille.

Mise au point couleur. #color #couleur #burkina #africa #afrique #afrikatiss #dyeing #dye #teinture #red #rouge @designforpeace

A post shared by Jaillou (@jaillouu) on

Mise au point couleur. #color #couleur #burkina #africa #afrique #afrikatiss #dyeing #dye #teinture #ocre @designforpeace

A post shared by Jaillou (@jaillouu) on

Mise au point couleur. #color #couleur #burkina #africa #afrique #afrikatiss #dyeing #dye #teinture #émeraude @designforpeace

A post shared by Jaillou (@jaillouu) on

 

Mercredi 28 juin :

C’est le déluge, la pluie tombe depuis le levé du jour et la cour s’est transformée en pataugeoire. Il est impossible de faire quoi que ce soit. Nous essayons de protéger un maximum les tissages et les fils déjà teints. Je passe mon après-midi à mettre en forme mes expériences, à réfléchir aux dosages couleurs du lendemain et à nouer de nouveaux shibori.

 

Jeudi 29 juin :

La cour est devenu un lieu dangereux entre marécage et sables mouvants. Avec les tongs, il est recommandé de faire très très attention et de ne pas glisser dans la boue. On s’enfonce bien mais on se lance dans les recherches de couleurs de la nouvelle collection. Pascaline, Bintou et Marie-Madeleine sont mes acolytes en teinture ! J’apprends des tonnes de choses avec elles, c’est super ! Afin d’assurer un bon suivi des couleurs, nous avons co-créé de petites fiches recettes. On peut ainsi indiquer la quantité de couleur (en gramme) qu’il faut pour réaliser la couleur. Pour plus de rigueur on utilise une petite balance, au milligramme près, achetée dans un magasin nommé l’Or Vert à Paris… Je vous laisse deviner son utilité première. Les femmes ont plutôt l’habitude de peser avec des cuillères alimentaires, ce qui n’est pas assez précis pour les pigments. J’ai donc organisé une petite formation autour de l’utilisation des fiches, des dosages avec la balance, des produits en croix et du référencement couleur. Le référencement couleur, c’est quoi ? Tout simplement une référence qui est appliquée aux couleurs créées. Pas de risque de se mélanger les pinceaux ! Nous avons décidé d’un système logique pour créer la référence et ne pas avoir deux références identiques.
Nous travaillons aussi ensemble à l’amélioration de la petite fiche.

Balance de dealeuse de couleurs. #dye #dyeing #teinture #test #experimentations #colors #couleurs

A post shared by Jaillou (@jaillouu) on

 

Vendredi 30 juin :

Je réalise les dernières teintures de la semaine pour les fils de la prochaine collection. Marie-Madeleine m’aide à faire les dosages puisque c’est elle qui s’occupera, en partie, de la pesée des couleurs (et des référencements) après mon départ. Je lance aussi une nouvelle teinture à l’avocat sur des shiboris en toile plus épaisse. Résultats dans quelques jours. Après un mois de cohabitation avec mes nattes, il est temps de les faire tomber. C’est parti pour 7-8 heures de dénattage. Un enfer.

 

 

Samedi 1er juillet :

Je finis d’enlever mes tresses ce matin puis je me lave les cheveux. Les 2/3 de ma tignasse restent dans mes mains. Petit bonheur et petite frayeur ! Bon, en vrai, ça ne se voit pas trop mais moi je le sais… Tristitude.

C’est le jour du marché bio-ethico-local de l’ATB et donc le jour tant attendu du… Fromage !! Nous allons faire un tour et bruncher sur place. Au menu salade (on peut la manger sans risque dans ce restaurant), frites et brochettes de soja. J’achète aussi des petits souvenirs croustillants pour mon retour en France. Dégustation familiale en approche. L’après-midi, nous allons acheter des pagnes au marché. Trois euros le pagne, le prix est plutôt honnête. Prochaine étape, aller voir le tailleur pour la confection !

Le soir, c’est repas préparé par Abdoulaye, 11 ans, le « filleul » de Nathalie qui profite des vacances pour venir vivre au centre avec nous. Au menu, riz sauce tomates et oignons ! Super bon !

 

Dimanche 2 juillet :

Ce matin c’est balade cheval à huit heure. Après une mission rangement pour la démoustication, nous partons prendre un taxi sur l’axe N1 qui est un peu le « périph’ » de la vile. Le taxi que nous choisissons doit faire demi-tour sur le « périph » mais au lieu d’aller jusqu’au prochain feu, il décide de passer par-dessus le tremplin central. Drôle de façon de faire un demi- tour. Nous partons ensuite pour deux heures de balade à cheval à travers les quartiers non-lotis de Ouaga et le début de la brousse. Il fait chaud sous le soleil mais la promenade est agréable. Nous traversons des zones difficiles à atteindre sans chevaux. Quelques photos de cette jolie promenade :

Traversée du Far West. #paysage #landscape #africa #afrique #Burkina #horse #ride #cheval

A post shared by Jaillou (@jaillouu) on

Kikou de nous. #sefie #africa #afrique #Burkina #horse #ride #cheval

A post shared by Jaillou (@jaillouu) on

Verdure et poney. #paysage #landscape #africa #afrique #Burkina #horse #ride #cheval 📸 @alwan_by_nj

A post shared by Jaillou (@jaillouu) on

Femmes au champ. #Burkina #afrique #africa

A post shared by Jaillou (@jaillouu) on

Campagne. #Burkina #africa #afrique #landscape #paysage

A post shared by Jaillou (@jaillouu) on

Terre rouge. #afrique #africa #landscape #paysage #Burkina

A post shared by Jaillou (@jaillouu) on

Nous rentrons au centre vers 13 heure, après la démoustication. Nous cuisinons notre traditionnelle salade tomates, avocats, oignons dans laquelle nous rajoutons un peu de roquette bio. Un délice, cette roquette, très forte et bien poivrée. Nous finissons par un petit fromage local. La vie parfaite !

Nous allons boire une bière en fin d’après-midi à la réserve et nous commandons de la viande grillée un peu plus tard, pour le repas. C’est Aïda qui va nous chercher notre repas dans le quartier en même temps qu’un plat d’attiéké pour d’autres clients. Elle nous ramène deux petits sachets bien gras que nous ouvrons avant de commencer à picorer. Il fait noir mais la viande à une texture vraiment étrange. Nous décidons d’allumer un flash de téléphone pour voir ce que nous sommes en train de manger. La réponse est… Des abats. Je suis ravie. Le repas viande grillée ne sera pas aussi fou que prévu.

 


Sinon, je poste des mini trucs sur mon instagram perso si vous voulez voyager dans votre fil d’actualité : @jaillouu

Audrey.

Catégories
Sorties et Lifestyle
Étiquettes