Fanfictions

Oui, je défends les fanfictions / Adeline Arénas

15 mai 2016

Aujourd’hui, je me décide enfin à faire mon coming out : oui, j’aime lire des fanfictions.


Aujourd’hui, je me décide enfin à faire mon coming out : oui, j’aime lire des fanfictions. J’ai le sentiment que c’est un aveu important, qu’il est nécessaire de le rendre public. (Peut-être que, venant d’un auteur, ce sera d’autant plus respectable.) Il n’y a pas si longtemps, un ami m’a fait parvenir un article qui disséquait l’univers et les codes de la fanfiction. Si le papier était plus poussé et analytique que ce que j’ai l’habitude de lire sur le sujet, il ne considérait pas moins les auteurs de fanfictions comme des fangirls hystériques en-dessous de 18 ans. De façon générale, dans la plupart des articles qui leur sont consacrés, les auteurs de fanfictions sont perçus comme des bêtes curieuses, et leurs passions tournées en ridicule.

Grosse erreur.

Mesdames et messieurs, sachez qu’il existe des thèses et des mémoires universitaires sur les fanfictions. Faites une recherche dans Google Scholar si vous en doutez.

Avant d’entamer la suite de cet article, voici une brève définition de ce qu’est une fanfiction, histoire d’être tous sur la même longueur d’ondes.  Voilà ce que dit Wikipédia :
« Une fanfiction, ou fanfic (parfois écrit fan-fiction), est un récit que certains fans écrivent pour prolonger, amender ou même totalement transformer un produit médiatique qu’ils affectionnent, qu’il s’agisse d’un roman, d’un manga, d’une série télévisée, d’un film, d’un jeu vidéo ou encore d’une célébrité.
Une fanfiction reprend, en les développant différemment, les thèmes classiques du scénario d’origine, le « canon ». Elle peut continuer l’histoire (« suite »), en dévoiler l’origine (« prologue ») ou encore « combler les béances du scénario ».

Écrire une fanfiction permet au lecteur ou au spectateur de mettre en scène ce qu’il aurait souhaité trouver dans l’œuvre d’origine. »

En résumé, si vous voulez inventer la folle histoire d’amour entre Harry Potter et Colin Crivey projetés dans l’espace, c’est une fanfiction. Postulat de base : tout est possible. (Comme dans les comics, qui à mon sens sont plus fous que les fanfictions à ce niveau, mais c’est un autre débat.)

Voici 12 arguments qui répondront à la question : pourquoi défendre l’art de la fanfiction ?

  1. Parce que, contrairement à une opinion répandue, la fanfiction n’est pas née avec internet. Ça fait même un sacré bout de temps qu’elle existe. XIXème siècle, anyone ? Après la parution du Portrait de Dorian Gray d’Oscar Wilde, des suites non-officielles du roman ont été publiées sous le manteau. Certaines tout à fait explicites, à ce qu’il paraît. Ça, c’est déjà de la fanfiction, non ? Internet est plutôt muet à ce sujet, mais je suis prête à parier qu’il y a eu d’autres histoires du même genre avant.
  1. Parce que la fanfiction fait du bien, qu’on en lise ou qu’on en écrive. C’est un excellent exutoire si l’on n’est pas parvenu à digérer la mort de Sirius Black, par exemple : il existe pléthore de fanfictions où il survit. Dans le registre « la fanfiction c’est fantastique » : fanfiction.net propose de choisir directement les personnages qu’on désire voir associés dans ses menus déroulants. (Exempli gratia : associer les deux personnages les plus incompatibles de l’univers et découvrir que des gens ont écrit des histoires sur eux, qu’elles décrivent une relation amicale ou amoureuse entre eux. C’est toujours très drôle. Ou très déstabilisant. Au choix.)
  1. Parce que c’est un laboratoire pour l’écriture. La fanfiction, en définitive, c’est un coffre à jouets qui permet d’aiguiser sa plume, et d’avoir des retours directs de la part des lecteurs qui commentent les histoires. (Lecteurs qui ne sont pas toujours lucides, hélas : hello 50 Shades of Grey… qui est à la base une fanfiction Twilight, faut-il le rappeler ? C’est douloureux.)
  1. Parce qu’on y trouve d’excellentes choses. Tout comme il existe des fanfictions embarrassantes tant par le style que par l’histoire, d’autres sont brillantes. Personnellement, j’ai dans mes favoris plusieurs fanfictions que je relis régulièrement, parce que leur humour est parfait, ou que leur style d’écriture me cloue sur place. Oui, ça existe.
  1. Parce que ça permet de prolonger un univers qu’on aime. Certains n’ont jamais voulu quitter la Terre du Milieu ou le Millenium Falcon : la fanfiction permet d’y rester !
  1. Parce que les lecteurs/rices peuvent mettre des mots sur leurs fantasmes, et réaliser (parfois) qu’ils ne sont pas les seuls à les avoir.
  1. Parce qu’on trouve sur la toile des crossovers (des fanfictions mélangeant des personnages et univers issus d’œuvres différents) aussi fous que Tony Stark qui rencontre Hermione Granger… et que c’est presque crédible. Non, en fait, ça l’est carrément si l’histoire est bien menée. (Ladite histoire existe.)
  1. Parce que d’autres fans pensent aussi que Q (version Ben Whishaw) et Tony Stark devraient se connaître, et écrivent l’amitié en question. Ou que Sherlock (version Cumberbatch) et Alice Morgan (de la série Luther) devraient avoir un épisode spécial.
  1. Parce qu’il ne devrait pas y avoir de honte à lire une fanfiction. Ça ne devrait même pas être un tabou. On devrait pouvoir le clamer sur tous les toits si ça nous chante. Ça ne devrait pas être honteux d’en écrire, non plus.
  1. Parce que leurs auteurs n’en tirent généralement aucun profit. Publier ses fanfictions sur le net est une forme de partage à la fois altruiste ET égoïste. L’auteur se défoule et ne se place aucune limite, tout en publiant son/ses histoire(s) de façon désintéressée.
  1. Parce que l’écriture d’une fanfiction est un acte de liberté par excellence. Surtout si l’auteur utilise un pseudo. (Ce qui est le cas dans, mettons, 100 % des cas ?) Personne ne viendra vous arrêter si vous décidez d’écrire et publier sur le net une scène de sexe entre Harry Potter et Draco Malfoy. Ce couple a tellement de fans que c’en est presque ridicule.
    Il y a même eu un article universitaire sur l’aspect positif des fanfictions Harry Potter mettant en scène des couples gays, qui permettraient aux ados qui les écrivent de sortir des discours hétéro normatifs. Quand je vous dis que la fanfiction a du bon.
  1. Parce que la fanfiction reste, malgré tout, une forme d’hommage aux auteurs qui ont créé les personnages originaux. Et qu’elle peut même faire découvrir l’œuvre sur laquelle elle se base à des lecteurs de fanfictions tombés dessus par hasard.

Maintenant, si ces 12 arguments ne vous ont pas donné envie de vous mettre à lire des fanfictions, j’espère qu’ils vous les font considérer autrement. Ce qui serait déjà une avancée.
Pour les autres, je ne peux que vous encourager à explorer Fanfiction.net, Archive of Our Own et Tumblr, qui sont de véritables bibliothèques en la matière. En cherchant bien, vous y trouverez de véritables pépites.

 Et si tu ne sais pas par où commencer, je t’enverrai une petite liste de mes fanfictions préférées. Haut-de-gamme garanti. Pour cela, contacte juste le magazine à contact@tachatte.fr, je te répondrai dans les plus brefs délais.

Adeline Arénas

Catégories
Sorties & Expo
Étiquettes