Burkina-semaine-1

Mission au Burkina Faso : La deuxième semaine.

22 mai 2017

Et voilà, c’est déjà les aventures de ma deuxième semaine. J’espère que vous allez aimer.
Si vous voulez en savoir plus sur l’association avec laquelle je suis partie, c’est par ici : Afrika Tiss.

 

Lundi 8 mai :

Aujourd’hui, c’est reparti pour la mise au point couleur, et c’est difficile car la couleur n’est pas évidente à décrypter. Je réalise de nombreux échantillons.

Mise au point couleur. #color #Pantone #Burkina #samples #echantillons #teinture #dieying #idea #p3

A post shared by Jaillou (@jaillouu) on

Je déguste mon premier jus de pain de singe, le jus de la graine de baobab. C’est un peu granuleux et laiteux et j’ai tout de suite pensé à la compote (mais je ne pourrais pas expliquer pourquoi).

Mariette décolle aujourd’hui, c’est un peu la course pour finir de tout préparer. Nous allons à l’aéroport en taxi puis c’est retour à moto avec Nazaire jusqu’au centre. Nous sommes passés par un raccourci et je ne pensais pas qu’il était possible de faire du moto-cross dans la ville. Il y avait des trous, des bosses, et des tonnes d’autres motos qui empruntaient elles aussi ce raccourci.

 

Mardi 9 mai :

Je commence la recherche de design pour les écharpes en shibori afin de continuer à observer les pratiques locales en teinture. Nazaire a déjà des tonnes d’idées mais il veut me laisser dessiner des choses pour développer la gamme d’écharpes. J’ai donc passé la matinée à faire des recherches et des croquis pour créer de nouveaux motifs.

Je vais ensuite jouer au foot avec les enfants et surtout avec mon super copain Aimé qui doit avoir environ 2 ans.

Alima, la voisine m’apporte du jus de bissap glacé. Ma nouvelle boisson préférée. C’est aussi la première coupure d’eau que je vis ici. Heureusement que ça n’a pas lieu trop souvent car je souffrirais de ne pas pouvoir prendre de douches.
Nous allons le soir à l’aéroport pour chercher ma nouvelle colocataire Caroline. Pour fêter son arrivée, nous allons manger des frites et des brochettes à la réserve.

Bissap. #mood #croquis #calebasse #bissap #burkina

A post shared by Jaillou (@jaillouu) on

Mercredi 10 mai :

Ce matin, nous avons rendez-vous avec la coopération de l’ambassade d’Italie. Puis l’après-midi c’est atelier nouage de shibori afin de pouvoir teindre les premiers échantillons le soir. En détachant les shibori, je me fais piquer les fesses par une grosse fourmi locale. La piqure est hyper douleureuse, semblable à celle d’une abeille et une belle cloque se forme. Je me souviendrai d’elle les quatres prochains jours tellement la piqure me brûle et me gratte.
Nous décidons de faire un repas fruit : banane, mangue, papaye en salade.

Salade de fruits jolie jolie. #mangue #papaye #banane #petitdej #cuisine

A post shared by Jaillou (@jaillouu) on

Je goute aussi au dolo, la bière traditionnelle à base de petit mil rouge germé et fermenté.  Elle est préparée pendant 48h d’affilée en non-stop. Après les fruits c’est tellement acide que c’est imbuvable.

Le vent qui souffle quand je vais me coucher annonce une grosse pluie pour la nuit.
Ça n’a pas manqué, l’orage a grondé et des trombes d’eau sont tombées.

Bleu et shibori. #shibori #teinture #art #textile #love #dyeing #dye #design

A post shared by Jaillou (@jaillouu) on

Shibori et préparation de la teinture. #shibori #nouage #tissu #textile #art #teinture #burkina #africa #dyeing

A post shared by Jaillou (@jaillouu) on

Premiers essais. #teinture #africa #burkina #dyeing #shibori #pattern #motifs #textile #art #design

A post shared by Jaillou (@jaillouu) on

Jeudi 11 mai :

Pour bien commencé la journée, nous nous attelons avec Caroline à la réalisation d’un rétro-planning afin de définir les recherches que l’on va devoir effectuer durant les trois prochains mois. A l’heure du repas de midi, nous sortons afin d’aller faire les courses au « Bon Samaritain » un supermarché un peu plus grand que « La ménagère » où nous allons habituellement faire nos courses.

Nous allons ensuite acheter un repas traditionnel africain pour le déjeuner. Ma cuisine est relativement mal équipée et il est très souvent moins cher d’acheter à manger dans la rue plutôt que de cuisiner. Nous mangeons un repas traditionnel à base de Babenda (feuilles d’oseille ou de Baobab à la bouillie de riz), de Booré (boulettes de haricots blancs) et de souma (pois chiches).

Je commence à réfléchir à la mise en place du catalogue couleur l’après-midi et je crée des premières fiches outils pour la teinture et le catalogue couleur. A tester et à améliorer dans les prochaines semaines.

Le soir, nous allons… manger des frites à la réserve. On ne s’en lasse pas. Je rencontre aussi un joli bébé chien qui vient me réclamer des caresses. Attention, car Bandit, le chien du centre va être jaloux.

Les maisons dans ma rue. #burkina #Twilight #color #cloud #nuage

A post shared by Jaillou (@jaillouu) on

 

 

Vendredi 12 mai :

Direction l’ambassade des États-Unis pour le marché artisanal organisé en l’honneur de la fête des mères. La clim tourne à fond, les produits sont beaux, nous organisons le stand avec Caroline, Véronique et Nazaire afin de présenter au mieux les produits.

Quand nous sortons, le soleil est écrasant et la chaleur suffocante. S’habituer à la clim arrive bien plus vite qu’on ne le croit et n’est pas conseillé (surtout s’il n’y a pas de clim dans notre lieu d’habitation).

Je réalise ensuite la mise en page d’un dossier pour l’association. Une fois cette tâche un peu fastidieuse réalisée, je sors pour jouer un moment avec les enfants. Ce soir, c’est soirée bac à sable, plantage de bâtons, indiens et cri de guerre et surtout poussière partout. Après une bonne douche, nous sortons acheter le repas du soir.
Au programme : poulet télévisé et … FRITES. Le poulet télévisé est le poulet qui cuit dans la rôtisserie. On s’émerveille pendant qu’il grille et on le contemple comme un super feuilleton télévisé. Il était mariné et super bon en plus.

Mordançage. Préparation à la teinture dans ma cour. #mordançage #écharpe #teinture #dyeing #burkina

A post shared by Jaillou (@jaillouu) on

Samedi 13 mai :

Ici, rien ne se conserve. Les fruits pourrissent, le pain durcit ou moisit (au choix), les produits frais et les laitages ne résistent pas aux coupures quotidiennes d’électricité… Nous devons donc faire des courses au jour le jour. Pour le petit-déjeuner, nous mangeons notre premier yaourt local et des tartines à la confiture d’ananas. Un régal.
Il faut aussi que nous allions faire le plein d’eau. Un pack dure en moyenne deux jours ici pour deux.
Nous profitons de ce qu’il reste de la matinée pour regarder un documentaire de Michel Garcia sur la teinture à l’indigo, la fabrication des cuves, l’obtention des couleurs.

A midi, c’est riz cuisiné par les femmes et zoomkoom, de la soupe de petit mil au gingembre, très très bon. L’aspect est un peu laiteux et farineux et on sent bien le goût du gingembre. Heureusement ce n’est pas aussi fort que le jus de gingembre local que je suis encore incapable de boire.
Je passe l’après-midi à nouer de nouveaux échantillons pour les shiboris.
Nous allons à notre premier concert le soir à l’ATB. Le groupe que nous sommes allées écouter était vraiment chouette. Si vous arrivez à le trouver sur internet (impossible pour moi aujourd’hui avec la connexion) c’est : Kiswend-Sida Bilgho.

Concert. #Burkina

A post shared by Jaillou (@jaillouu) on

 

Dimanche 14 mai :

C’est la grasse matinée du dimanche, les femmes ne viennent pas travailler aujourd’hui et la cour est tranquille. Après un petit-déjeuner sur la terrasse, nous décidons de faire notre lessive. Ici, il n’y a pas de machine à laver, on frotte donc avec nos petites mains.

-La lessive. #lessive #burkina

A post shared by Jaillou (@jaillouu) on


Nous allons faire un tour pour faire les courses pour le repas. Au menu, salade de tomates, avocats, oignons au vinaigre de mangue, fromage du marché éthico-bio-local et mangue.
L’après-midi est calme, j’en profite pour lire des livres sur la teintures, à faire des recherches autour des adjuvants polluants et les teintures naturelles.

Je vais ensuite organiser mon séchage de peaux d’avocat sur le toit, la première teinture végétale qu’on devrait tester dans le coin. L’avantage du soleil et de la chaleur, c’est que tout sèche très vite, le linge comme les peaux d’avocat.
Nous allumons ensuite le feu pour teindre les premières écharpes. Le résultat est plutôt très sympathique, j’espère pouvoir mettre une photo.

Essai #3. #shibori #faitmain #handmade #craft #artisanat #burkina #africa #afrique #dots #pois #blue #bleu #motifs #pattern #textile #art #design #scarf #écharpe #dyeing #teinture

A post shared by Jaillou (@jaillouu) on

☀️. #shibori #faitmain #handmade #craft #artisanat #burkina #africa #afrique #dots #pois #blue #bleu #gris #grey #stripes #rayures #motifs #pattern #textile #art #design #scarf #écharpe

A post shared by Jaillou (@jaillouu) on

 

ET ce soir, devinez quoi ?! C’est… FRITES à la réserve.

Bisous à tous, je file devenir obèse.

 

 

Les surprises de ma deuxième semaine : (il y en a moins, je commence à trouver ce qui m’entoure « normal »)

  • La façon de parler : le « Booooooooon » qui traine longtemps de la même façon qu’on dit « euuuuh », le « ça peut aller » « y’a pas de problème » répéter sans cesse qui atteste du non-stress. Le « quoi quoi quoi » qui peut s’apparenter au « toc toc toc ».
  • Les tee-shirts avec le dos sérigraphiés de versets de la bible
  • Une employée de l’ambassade américaine avec un boubou avec le pape Jean-Paul 2 et un jésus crucifié
  • L’habitude du commerçant de dire « c’est 500-500 » au moment de payer ce qui veut dire que c’est 500 CFA par personne.
  • Recevoir sa première invitation pour aller à un mariage avec un chewing-gum. Le chewing-gum fait ici office d’invitation.
  • Aller à son premier mariage et être dans les louanges lors des chants.
  • Que tout le monde monte sur la scène pour danser lors d’un concert
  • Les questions des journalistes lors de la présentation d’un album de musique en live. Très très directes et sans aucun tact.
  • La tolérance au niveau des religions. Il est possible d’avoir des enfants hors mariage, de ne pas porter le voile…
  • La méchanceté des fourmis qui sont devant mon entrée
  • Les bébés qui jouent au milieu des fils de tissage
  • Le rire des africains quand j’essaye de danser
  • La drague du coin de rue pour me dire « j’adore ton style d’occidentale, donne-moi ton numéro, il faut qu’on cause ». Je n’ai pas mon style d’occidentale, mais je suis juste blanche.
  • Les femmes qui viennent me toucher la peau et me pincer les bras parce qu’elles adorent ma couleur.
  • Les mariages ici, le nombre de gens invités, la musique, la joie, les sourires
  • La joie, les sourires une fois de plus et la solidarité. Dites, on n’aurait pas oublié un truc en occident ?

 

 

Sinon, je poste des mini trucs sur mon instagram perso si vous voulez voyager dans votre fil d’actualité : @jaillouu

 

A la semaine suivante,

Audrey.

Catégories
Sorties & Expo
Étiquettes