Lutter contre syndrome de la PAL (Pile à Lire) / Adeline Arénas

11 décembre 2016

 

Ah, la PAL. Un acronyme que je côtoie depuis que j’ai appris l’existence de la blogosphère littéraire il y a quelques années, et plus récemment de booktube (mot qui désigne le réseau de ceux qui tiennent des chaînes littéraires sur…  Youtube. Logique.) La PAL, donc, c’est la Pile à Lire : cette pile de livres que vous avez achetés, toujours pas lus, et qui ne cesse de grandir.

009bsr_abbie_cornish_005

Tous les lecteurs ne sont pas concernés par le phénomène. Mais pour certains, cela devient un vrai problème. Un peu comme une addiction : vous entrez dans une librairie, et vous ne pouvez pas vous empêcher d’acheter les livres qui vous font envie. Tout ça alors que vous savez pertinemment qu’une dizaine d’autres vous attendent à la maison, et que vous n’allez pas lire ceux que vous présentez à la caisse tout de suite.

(Enfin, je dis qu’une dizaine vous attend à la maison : pour certains, il s’agit d’étagères entières. Oui, on en est là.)

Alors, comment lutter contre le syndrome de la PAL ? En vous faisant violence – au début, du moins. Nulle exagération dans cette phrase. Ou à peine.

  1. Si vous êtes sur le point d’embarquer des livres dans une librairie, essayez de savoir lesquels vous allez lire tout de suite, ceux que vous allez vraiment entamer une fois rentrés chez vous. Si vous êtes à court de lecture et que vous comptez enchaîner celle de vos nouveaux livres, soit. Sinon, cette petite réflexion devrait vous en faire reposer quelques-uns.
  2. Acheter un livre juste parce que la couverture est jolie et qu’il va bien avec la déco de votre étagère n’est pas une excuse. (Abusé ? Certainement pas. Le nombre de booktubeuses qui avouent acheter un livre simplement pour sa couverture est ahurissant.)
  3. Sélectionnez vos livres par petites doses. Deux ou trois, guère plus, si vraiment vous ne pouvez pas vous en empêcher.
  4. Allez à la bibliothèque. Sur le long terme, c’est bien plus économique qu’une série d’escapades en librairie. Et puis, si vous êtes déçu par un bouquin, vous aurez au moins eu le mérite de ne pas avoir claqué vos sous pour lui. Il suffira de le rapporter.
  5. Résistez à la tentation d’entrer dans une librairie. Tout simplement. Oui, c’est dur. Mettez des œillères et luttez vaillamment contre cette addiction. Avec le temps, elle finira par disparaître et vos visites seront nettement plus raisonnables. Plus tard, vous réussirez même à rentrer dans une librairie et à vous montrer très raisonnable.

Prêts pour la lutte ?

tumblr_ob8zendddq1uscwiro1_500

Adeline Arénas.

Catégories
Sorties & Expo
Étiquettes