Appelons un chat un chat – Le féminisme / Ariane Arghyris

23 janvier 2016

Salut les chat(te)s. Aujourd’hui, mon premier article va parler de féminisme. Ne sortez pas vos griffes, s’il vous plait. En vérité, c’est une belle croquette qu’on peut manger tous les jours et qui est plutôt bonne pour la santé.


Avez-vous déjà entendu parler du #WomenAgainstFeminism ?

Croyez-le ou non, mais toutes les femmes ne se revendiquent pas féministes. #Vacomprendre
Le hashtag #WomenAgainstFeminism, ou #FemmesContreLeFéminisme permet à des femmes de partager sur un tumblr des photos d’elles revendiquant pourquoi elles sont contre le féminisme. Voici ma réponse calme et posée à ce tumblr qui me hérisse un tant soit peu le poil. #patachon

Qui sont les féministes ?

Être féministe, c’est vouloir l’abolition du Patriarcat. #patriarchat
C’est vouloir que tous les chats soient libres de vivre selon le modèle qu’ils veulent, et non selon un modèle binaire imposé par le Patriar-chat, et qui n’est pas du tout conforme à la réalité de ce monde. De fait, nous ne sommes binaires ni en genre, ni en sexualité, ni en couleur de peau ou de cheveux… en rien du tout.
Oui, il y a des femmes avec des pénis qui veulent rester à la maison, des hommes avec des utérus qui veulent porter un enfant et puis retourner travailler après. Il y a même des personnes qui ne se définissent ni comme homme, ni comme femme, et le plus incroyable c’est que ce n’est ni à nous, chatons, ni au grand Patriar-chat de leur imposer une norme, de leur mettre un collier juste pour se rassurer. #TousLesChatsSontDansLaNature
(Pour ceuelles qui croient que le Patriarcat est une blague, je vous rappelle qu’en France, les femmes représentent 61 % des travailleurs non-qualifiés, 68 % des travailleurs pauvres, 78 % des employés non qualifiés et 80 % des employés à temps partiels. Et on est un pays chanceux. Dans le Monde, plus édifiant, les femmes accomplissent 66 % du travail mondial, produisent 50 % de la nourriture, tout en ne percevant que 10 % des revenus.)

Les batailles du « féminisme d’aujourd’hui »… Et les différents types de féminisme.

Comme on est tous différents, c’est tout naturellement qu’il existe plusieurs sortes de féminisme. Eh oui, tout le monde n’est pas d’accord sur tout. Il existe certains points sur lesquels tout-e-s les féministes ne sont pas d’accord, tels que : le port du voile, la prostitution… Malheureusement, le féminisme le plus exposé médiatiquement n’est pas celui qui est le plus ouvert sur la question. #snif (si ça vous intéresse, une jolie critique du FéminismeTM )
Les batailles du féminisme aujourd’hui, c’est de défendre le choix individuel, d’empêcher les violences faites aux femmes, et de mettre les femmes et les hommes sur un pied d’égalité sans qu’on ne les différencie selon leur sexe (en gros, plutôt que d’enlever la case « Mademoiselle » sur les formulaires, ce qu’on veut c’est plutôt qu’on n’ait pas à justifier son sexe tout court).

Faut-il se libeller « féministe » ?

Bien sûr, on ne peut pas obliger toutes les femmes à se libeller « féministe ». Certains diront que le mot n’a pas d’importance, que ce qui compte c’est les actions. Et c’est vrai que dans le fond, on peut avoir des idées très ouvertes et être activiste, sans pour autant crier sur les toits qu’on est féministe. On peut dire qu’on est égalitariste, par exemple, si on trouve le terme « féministe » trop inclusif, trop synonyme de femme blanche privilégiée qui ne respecte pas les idées des femmes racisées. Mais pourtant, le mot a son importance, car les mots ont des impacts. Et si le terme égalitariste minimise (voire efface) la domination de base des hommes sur les femmes, le mot « féminisme », décrit bien ce qu’il est : non pas le combat des femmes contre les hommes, mais le combat de tous les minous contre le Patriar-chat.

Alors libre à nous de miauler haut et fort qu’on n’en peut plus de ce gros matou qui nous empêche d’être tous égaux, qui nous ôte des droits, ou juste d’agir sans pour autant se mettre un collier « féministe ».
Alors si toutes les femmes qui ont posté sur le tumblr #WomenAgainstFeminism, nous expliquent pourquoi elles n’ont pas besoin du féminisme, il s’avère pourtant que la majorité des femmes en ont encore besoin. Parce que pour que toutes les femmes puissent décider ou non de ce qu’elles veulent faire, il faudra que l’on gagne cette grande bataille contre le Patriar-chat.


Rrrmeow.

Ariane Arghyris

Catégories
Société
Étiquettes