Body Love / Ariane Arghyris

4 janvier 2017

Body Love

Aujourd’hui, peu de temps après les fêtes, je pense mes chatons qu’il est grand temps de parler d’acceptation. #loveyourbody

Aimer son corps, disons-le franchement, ce n’est pas facile. Tout le monde semble crier sur les toits que la recette du bonheur c’est de s’aimer comme on est… Oui ok, mais comment on fait ? #schnitzel

Voici quelques petits conseils pour essayer de marcher sur le chemin qui mène à l’acceptation tout en prenant soin de toi, de ta tête et de ton corps. #selfcare

1

Choisir ses mots.

Parfois -souvent-, quand on parle de poids, on a tendance à se dévaloriser. Surtout par rapport aux autres, dans des discussions qui concernent le poids ou le rapport à la nourriture. #berk

Et si cette année on essayait d’aborder les soucis de rapport à la bouffe de façon sincère et bienveillante ? En étant honnête, mais sans se juger ? #loveyourself

Par exemple, si un-e ami-e vous dit :

– Je suis un gros tas, je n’aurais pas dû manger ce chapon fourré au caviar à Noël.

Plutôt que de lui répondre « Mais n’importe quoi, c’est moi qui suis énorme, je devrais perdre des cuisses. », tente d’opter pour une réponse du style « Oh, je te comprends, je suis aussi passé-e par là. Pas facile d’avoir une relation saine avec la bouffe surtout en cette saison hein ? Si tu veux en parler je suis là. »

2

Limiter sa consommation de médias.

C’est tout bête mais ce conseil est un des plus difficiles à suivre, et un des plus efficaces. Sur les réseaux sociaux, nous sommes assailli-e-s d’images retouchées, fausses, qui ne ressemblent pas à notre quotidien et qui font des trous dans nos têtes. #thighgapbullshit

Avoir une consommation de médias réduite pendant les fêtes, ou au moins ciblée à des endroits que l’on sait pleins de diversité et d’amour, c’est déjà un bon moyen de se protéger des pensées négatives. #lovelovelove

3

Se souvenir que tout le monde peut avoir des TCA* (*troubles du comportement alimentaire).

Petite pensée rassurante, ou en tout cas qui m’aide bien : tu n’es pas tout-e seul-e. Beaucoup plus de personnes que l’on croit sont atteintes de TCA, ou sont mal dans leur peau. #bahouais

Parfois, oser en parler ouvertement avec des personnes de confiance permet de réaliser que personne n’est à l’abri de ces maux-là. Même des féministes hyper-fortes qui se battent pour avoir tous les droits qu’elles méritent sur leur corps, parfois, n’arrivent pas à se regarder dans le miroir.

Alors serrons-nous les coudes quand on le peut. #wereallinthistogether

4

Ne pas culpabiliser quand ça ne va pas.

Dans la continuité du point précédent, encore une fois, se sentir mal par rapport à son image n’est pas juste un souci superficiel. #nonmais

Il est important d’accepter que parfois, si ça ne va pas, plutôt que de culpabiliser il vaut mieux dire stop, et prendre un peu de temps pour toi, pour s’occuper de ton corps, de ta tête. #lovebubble

Tu peux prendre une bonne douche, un bain moussant, te faire ton thé préféré, regarder une série, aller courir, aller dans un bar à chats ou appeler quelqu’un que tu aimes… Tout ce qui te fait du bien. #cosy

5

Demander de l’aide.

Enfin, si ça ne va vraiment pas, et que toutes tes tentatives pour aller mieux seul-e ne fonctionnent pas, n’hésite pas à demander de l’aide à des personnes extérieures.

Des ami-e-s de confiance peuvent être un bon début, ou si tu as confiance peut-être un professionnel de la santé : psychologue, médecin traitant, psychiatre. Il n’y a aucune honte à consulter lorsqu’on a besoin d’aide pour aller mieux.

Si tu ne sais pas à qui tu peux faire confiance, ou si tu as peur de tomber sur quelqu’un avec qui tu ne t’entends pas, tu peux toujours appeler des associations qui sont en général plus ouvertes et sans engagement pour ce genre de consultations. N’hésite pas à demander de l’aide à des ami-e-s pour chercher encore une fois. #hellllp

6

Voilà, j’espère que ça t’a un peu aidé-e à enlever du poids des fêtes qui pesait sur tes épaules, à très bientôt petit chaton…

Sur ce je file prendre un bain moussant et je coupe la wifi. #miaouuuuu

source : Everyday Feminism

Ariane Arghyris